Nl
Close

CREATIONS

Emilie Deloy (Takaneo) à propos du centenaire du Bauhaus

Mardi 1 Octobre 2019

Emilie Deloy (Takaneo) à propos du centenaire du Bauhaus

Le Bauhaus fête aujourd’hui ses 100 ans. L’héritage de sa pensée a eu une telle influence sur le design, l’architecture, l’imprimerie, les arts de la scène, la décoration que nous n’avons pas forcément conscience de son importance. Et pourtant ! Les tendances les plus actuelles du graphisme lui doivent tout. Le regard de Emilie Deloy, Directrice Artistique chez Takaneo. 

Peut-on revenir sur la création du Bauhaus ?

Fondée à Weimar au sortir de la Première Guerre mondiale, l’école du Bauhaus est d’abord une réponse humaniste à l’ampleur jusqu’alors inégalée des atrocités de la Grande Guerre. Lorsque la République de Weimar est proclamée en 1919, l’architecte Walter Gropius s’installe dans ce haut lieu de la culture allemande et fusionne les écoles des Beaux-Arts et des arts appliqués pour créer une seule et même institution : le Bauhaus. Sa vocation ? S’ouvrir à toutes les couches de la population, constituer un lieu d’expérimentation et intégrer l’art à la vie quotidienne. Sa devise ? « La forme suit la fonction ». 
 
Il faut désormais s’approprier les techniques et les matériaux modernes, matériaux tels que le béton, l’acier et le verre, pour les mettre au service de l’humain et de son environnement, avec la construction d’ouvrages minimalistes et fonctionnels, alliant formes géométriques et couleurs primaires. Un objectif clé, qui déterminera fondamentalement le futur du design d’objets et de meubles, fut la volonté de détruire la supposée contradiction entre art et industrie. 

En 1933, Mies van der Rohe, le célèbre architecte alors directeur de l’école, est forcé de prononcer la dissolution du Bauhaus dû à la censure et la pression des nazis. Pourtant le Bauhaus subsiste…

En fuyant l’Allemagne, les professeurs et étudiants se disséminent aux quatre coins du monde et notamment aux États-Unis, où ils diffusent leurs idées. Ils lèguent ainsi un patrimoine immense dont les architectes et designers contemporains continuent de s’inspirer.

Aujourd’hui, l’esprit du Bauhaus est partout. Partout où il est avant tout question de recherche de sens et de rationalité et de rejet du superflu et du décoratif : de la pureté du smartphone (« la forme suit la fonction » !), des meubles fonctionnels et sans ornementations inutiles d’Habitat ou d’Ikea à la rigueur calculée des architectures de Philippe Stark ou de Jean Nouvel.

Parmi les tendances actuelles, le Flat Design en est un héritier direct…

Coté graphisme, issu directement du Bauhaus, et du célèbre « Less is more » de Mies van der Rohe, le Flat Design, ou design plat, archi-tendance aujourd’hui, est un style graphique minimaliste qui est très présent tant dans les interfaces web et mobile que dans le print. Simple, mais pas simpliste, il excite la créativité et l’imagination et fait éclater les couleurs. 

On privilégie alors le contenu et la fonctionnalité.

Par opposition à un design réaliste et détaillé, délicatement appelé skeuomorphisme (skeuos = ornement en grec), le Flat Design élimine les éléments jugés décoratifs ou superflus (détails, ombres, effet 3D…). En fait, le design plat fait appel à l’imaginaire de l’utilisateur. Au lieu de lui expliquer l’utilité d’un élément de l’interface, elle est signifiée de la manière la plus simple possible.

Sur quoi s’appuie-t-il ?

Il s’appuie, outre des formes épurées, sur la couleur et la typographie : les couleurs car elles font ressortir des éléments particuliers, comme la structure générale (du print comme de l’écran) et hiérarchisent le contenu. Ce sont souvent des couleurs flashies qui dynamisent l’ensemble et permettent à l’utilisateur ou au lecteur de se repérer facilement. De même, la typographie, utilisée à la fois pour son côté géométrique et informatif va pouvoir structurer les messages et organiser de manière claire leur contenu.

Le Windows Phone de Microsoft sorti en 2013 en a été le premier exemple.

La tendance actuelle de Flat Design est en effet souvent associée à l’interface révolutionnaire du Windows Phone de Microsoft. Adieu réalisme, adieu effets de matière ! L’objectif de Microsoft était de se distinguer sur le marché de la téléphonie mobile en concevant un design qui s’adapte aussi bien au mobile qu’à tout autre appareil. La formule de Sam Moreau, directeur du design de Windows, est alors très en phase avec les principes du Bauhaus : “Le contenu est l’interface”. Avec un tel changement de paradigme graphique, progressivement, de multiples entreprises ont emboîté le pas, contribuant à généraliser le Flat Design, dont Google et bien d’autres. 

L’autre héritage très actuel directement issu du Bauhaus est le pictogramme.

Simple, clair, toujours réalisé en Flat Design justement, n’utilisant que des couleurs primaires, son rôle est essentiel pour signaler la présence de quelque chose dans l’espace réel comme dans l’espace virtuel du web. Le pictogramme a pour objectif d’être compris en un seul coup d’œil et contrairement au logo, le pictogramme n’illustre pas un nom, mais incarne une signification qui peut donner accès à « quelque chose ». Le pictogramme puise ainsi sa force dans sa simplicité, dans la représentation graphique et schématique d’un concept.

Mais plus que tout, il est universel !

Là où le mot échoue à être, le pictogramme prend le relais et joue son rôle. Ainsi, partout dans le monde, quelle que soit la langue et quel que soit l’âge, il indique, signale et mène à bon port. Très utiles dans les lieux qui comptent des nationalités multiples ainsi que dans des pays où le taux d’analphabétisme est important, les pictogrammes jouent aussi un rôle social essentiel.

Pour le graphiste, il constitue un défi très stimulant…

Très contraignant, concentré à l’extrême, réduit à l’essentiel, il ne permet pas le droit à l’erreur et doit être d’une clarté et d’une lisibilité exemplaires. Mais ne communiquer qu’avec des symboles, quel rêve !

Finalement, cent ans après sa création, le Bauhaus n’a jamais été aussi vivant et aussi jeune, continuant à être une source infinie d’inspirations pour les créateurs, quels qu’ils soient.

Archive / CREATIONS