Nl
Close

PEOPLE

Mathis Ries (Repères Communication) : "L'important, c'est de titiller les sentiments du public"

Mardi 15 Octobre 2019

Mathis Ries (Repères Communication) :

Grand amateur de films et séries, Mathie Ries a débuté sa carrière dans les technologies financières et les start-ups, avant d'intégrer récemment Repères Communication en tant que Conseiller en marketing. Nous l'avons rencontré.

D'où venez-vous et quel est votre parcours ? 

Je suis originaire du Luxembourg, mais j’ai grandi majoritairement en France. Ensuite j’ai pas mal bougé en Europe et au-delà pour mes études  : Madrid, Budapest, NYC, Paris, Strasbourg… Après mon MBA, j’ai très vite intégré le secteur des FinTechs au Luxembourg en tant que Sales & Marketing Manager chez Crosslend et ensuite en tant que Head of Marketing chez Algoreg, une start-up offrant des solutions de KYC (Know Your Customer), sujet sensible pour toutes les entreprises du secteur financier suite aux diverses crises et affaires de blanchiment d'argent. J’étais en charge de positionner l’entreprise sur le marché très concurrentiel des solutions de compliance. En plus du travail ”classique” du Marketer, je m’occupais de tout ce qui touchait à la communication de l’entreprise, son branding, les campagnes off et online, dont la mise en place de notre site web, et j’aidais nos forces de ventes en leur offrant des supports commerciaux.

Après quelques années à travailler dans le milieu, j’ai finalement rejoint Repères Communication, comme Conseiller en Marketing.

Une passion ? 

Déformation professionnelle, je m’intéresse à énormément de choses et je garde toujours l’esprit ouvert donc impossible pour moi de citer une passion en particulier. Si je dois vraiment citer un truc en particulier, je dirais que je suis un grand amateur de films et séries, tous genres confondus. J’ai également un certain attrait envers tout ce qui touche à la technologie et à l’amélioration de notre quotidien grâce aux innovations, d’où mon parcours professionnel relativement axé sur la FinTech et les start-ups.

Ce qui vous fait rêver dans votre job ?

La diversité des projets. Repères travaille pour des grands groupes internationaux comme pour des artisans et les PME du coin. Chacun a ses défis, ses opportunités et chacun a son marché. Avant d’attaquer un projet, je m’impose un important travail de recherche afin de comprendre au mieux mes clients. La première mission d’une agence de communication est, et restera, l’écoute active.

Ta meilleure campagne pub ?

Il y en a tellement, impossible d’en faire un listing. Selon moi, l’important c’est de titiller les sentiments du public, le faire rire, rêver, pleurer, les étonner… Une fois qu’on l’a touché, notre audience s’en souviendra pendant des années, et ça, c’est le jackpot. 

Si je devais citer les dernières en date qui ont envoyé du lourd d’après moi, je dirais la campagne Gillette "The Best a man can be" - un peu controversée mais elle a touché une corde sensible chez beaucoup de personnes vu l'époque ; celle qui m’a fait le plus rire cette année, en plus avec la présence d’Harrison Ford est "Not everything makes the Cut" pour Amazon ; enfin, je citerais "World's toughest job" pour American Greetings", une pub qui remet un peu tout le monde à sa place.

Ton plus grand défaut ?

J’oublie de temps en temps qu’une solution peut être… simple. J’ai tellement eu l’habitude de faire face à des problèmes qui demandaient des solutions ultra-complexes, que j’oublie qu’une solution ”toute conne” est peut-être possible. Ah oui, et je bois trop de café sûrement. 

Et ton plus grand rêve ?

Qu’on arrête de faire des remakes de films cultes. Sérieux, la saga Star Wars ne méritait pas de se faire malmener à ce point. 

Archive / PEOPLE